Le Sac Polochon à l’Institut National des Métiers d’Art

[fusion_text]
[/fusion_text][fusion_text]

JADIS LES METIERS D’ART METTAIENT EN VALEUR LE ROI. SOUS LOUIS XIV ILS ONT BRILLE DE MILLE FEUX POUR METTRE EN VALEUR LE ROI SOLEIL.

Aujourd’hui, comme Cendrillon revenue d’un songe merveilleux, nous pouvons admirer cet héritage du passé. Il témoigne de l’esprit transcendant la matière pour atteindre le sublime.

Notre sac POLOCHON s’inscrit dans le désir de retrouver une sublimation de la matière, mais sous une forme adaptée à notre époque, avec en particulier l’exigence environnementale.

Ainsi, en utilisant uniquement un cuir et un tissu (doublure du sac), à l’exclusion de tout autre renfort, on génère des volumes nouveaux, avec une mémoire de forme et un effet flexible, à mi-chemin entre souplesse et rigidité. On obtient donc plus avec moins.

C’est pourquoi l’Institut National des Métiers d’Art a souhaité exposer l’installation « REGARDS CROISES SUR LE POLOCHON ». Cette collection de pièces uniques célèbre le lancement du POLOCHON et pour l’occasion des artistes de renommée internationale ont réalisé chacun une œuvre sur un sac.

Certains d’entre ont été présentés par la Galerie Baudoin Lebon : l’artiste coréen Kim Tschang Yeul, l’artiste taïwanais A-Sun Wu, ainsi que les artistes français Francis Limérat, Oakone, Joël Ducorroy, Olivia Fryszowski et Eliz Barbosa. Il y aussi l’artiste iranien Ghass, l’artiste française Mila Light, ainsi que deux artisans d’art : Tatiana Sofanova et la Maison de broderie Cécile Henri Atelier.

[/fusion_text]