Festival Henri Langlois

Pajol

L’Inconnue

« L’INCONNUE » EST UN PROJET PHOTOGRAPHIQUE D’ANNA BELYAVINA-NORMAND INSPIRE PAR LES FILMS NOIRS DES ANNEES 1940.

Anna Belyavina-Normand a incarné notre Marianne. Nous avons été heureux d’exposer ce projet photographique mené avec des artistes passionnés par le  polar : les photographes Arnaud Alabeurthe-Mozaliewsky et Xenia Chaus, le romancier Max Milan.

« Le sac des désirs n’a pas de fond », dit un proverbe japonais. Justement deux de nos modèles, les sacs Polochon et Raspail, faisaient partie du casting. Les années 40, une époque trouble… La guerre et surtout l’occupation font de Paris la plaque tournante des aventuriers en tous genres.

C’est dans cette atmosphère sombre qu’on imagine une femme mystérieuse lisant sur la terrasse d’un café à Montmartre… Elle a l’air d’attendre quelqu’un. Un homme l’observe discrètement. Il l’aborde. Elle ne tarde pas à le remettre à sa place. Poussé par son désir, il va la poursuivre. Parviendra-t-elle à lui échapper ? Dans le sac aux fins contours laqués se cache son ultime recours…

 

TAZZIO OU LA MISE EN SCENE DU DESIR

C’est de rencontres impromptues que se nourrit le travail photographique de Tazzio qui prend pour sujet des inconnu(e)s dont il croise la route au hasard de ses déambulations.

Ces anonymes, Tazzio les emprunte à leurs quotidiens et, dans son atelier à ciel ouvert, interroge la beauté et le désir, pour écrire le récit fantasmé de la rencontre

Imprégnée de cinéma et de peinture, l’œuvre de Tazzio s’inscrit dans une approche picturale de la photographie. La lumière cendrée des Portraits fige le temps et imprime les épidermes sur la surface rugueuse d’un décor absent. Dans un dépouillement de la chair qui confine à l’abstraction, la pose suggère un hors-champ, la possibilité d’un ailleurs.

Le travail de Tazzio avec le POLOCHON se présente comme une mise en scène du désir…

Né en 1967, Tazzio vit et travaille à Paris. Après trois années à l’École Municipale des Arts et Techniques de Paris, il est reçu à l’École Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre (ENSATT), où il étudie la scénographie sous la direction de Pierre Hardy. C’est à cette époque qu’il commence à peindre et à photographier ses premiers modèles. Tazzio exerce très tôt dans des domaines multiples : graphisme, videoart, scénographie et dramaturgie. Il a notamment dessiné les costumes de plusieurs spectacles du metteur en scène Joël Jouanneau, et collabore régulièrement avec la chorégraphe Nathalie Pernette, tandis que la presse publie plusieurs de ses portraits. Parallèlement à son activité de photographe, il enseigne les arts appliqués.

En 2014, le Jeune Théâtre National à Paris présente sa première exposition personnelle, « Pan ! Parade », sélection de son travail réalisé sur les deux dernières années.