Le cuir flexible est né d’un désir de légèreté : obtenir plus avec moins.

Il permet d’obtenir des volumes originaux sans renforts, avec simplement le cuir et sa doublure.

Ainsi il y a une économie de matière et le sac devient plus léger. Il est aussi doté d’une mémoire de forme et d’une consistance flexible : la matière devient vivante, interactive, sensuelle. Le sac s’adapte au corps, puis revient toujours à son volume.

Moins de matières, alors de plus belles matières. Pour obtenir un cuir flexible, il faut un cuir, un tissu et une colle spécifiques. Une colle écologique a été développée avec la junior-entreprise de l’INSA de Lyon. Le cuir et le tissu sont en cours de développement avec des fabricants français.

Cette démarche d’innovation s’inscrit dans une réflexion sur le renouvellement du « Made in France ». Ainsi nous avons élaboré en interne une machine pour mettre en œuvre le procédé, puis elle a été mécanisée avec la junior-entreprise de l’Ecole Centrale de Lille.

C’est une aventure au carrefour des métiers d’art, du design, de la mode et de l’industrie. Le but est de moderniser l’artisanat dans le cadre d’un développement durable et équilibré.

Le POLOCHON est le premier sac issu de ce développement.

Il a été sélectionné par FUTUROTEXTILES pour l’innovation dans le textile et a reçu le Label de l’Observeur du design 2014 de l’APCI pour sa forme novatrice.

Son corps est constitué d’un seul morceau de cuir qui met en œuvre le procédé sur toute sa surface. C’est un grand sac « fourre-tout » qui s’ouvre par simple pression et se referme tout seul, tel un porte-monnaie « clic-clac ».

Pour célébrer sa naissance, nous avons proposé à des artistes reconnus de réaliser une œuvre à propos du POLOCHON, ou bien sur le sac lui-même. C’est « Regards croisés sur le Polochon », une installation présentée pour la première fois à l’Institut Français de la Mode le 21 mai 2015, puis à l’Institut National des Métiers d’Art du 8 au 15 mai 2015. De nouvelles échéances importantes se profilent dès le mois de septembre 2015.

Pour aller au bout de cette aventure en terre d’innovation, nous proposons à cent personnes de pré-acquérir l’un des cent premiers POLOCHONS exclusifs numérotés de 1 à 100 et de rejoindre ainsi le « Club des Pionnières ». Elles pourront ainsi devenir co-actrices (ou co-acteurs) du projet et suivre de près ses dernières étapes.

N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus sur « Regards croisés sur le Polochon » et sur le « Club des Pionnières »…

 dognin@dogninparis.com