Galerie Pierre-Yves Caër, en partenariat avec American Express


Un regard croisé avec le peintre japonais Akira Kugimachi lors d’une exposition à la Galerie Pierre-Yves Caër, en partenariat avec American Express.

Nous vivons aujourd’hui une époque disruptive, faite d’innovations, de fractures, d’ouverture au monde, de choc des cultures. L’Occident et la Modernité arrivent au bout de leur logique : solitude de l’individu, impasse du rationalisme, faillite du Progrès. Pour finir, la catastrophe écologique en cours remet en question cet « humanisme » qui s’est arrogé le droit de placer l’Homme au centre de la Nature. De quel droit d’ailleurs ?

D’un côté Akira Kugimachi nous propose de « revoir le paysage comme nature », selon l’expression de Sally Bonn, comme si l’on pouvait supprimer la subjectivité du regard humain. Dans le même temps il nous plonge dans un univers végétal qui confine à l’abstraction. Ainsi fait-il émerger une mémoire primitive selon un point de vue futuriste. Par ce double mouvement il suggère les questions actuelles sur le climat et l’avenir humain.

De l’autre côté Luc Dognin interroge le travail de l’artisan dans sa capacité à retrouver une émotion, un sentiment de plénitude, en transcendant la matière dans l’esprit des métiers d’Art, tout en investissant les enjeux de l’époque : innovation, écologie.

次の記事 前の記事